mardi 11 février 2020

[No day without Netflix] Pretty Little Liars saison 1 et 2 ❀


Hey les choupinous ! Devinez ce que j'ai retrouvé dans mes brouillons... un article non publié qui date de juillet 2019... donc voilà , mieux vaut tard que jamais , pas vrai ?... hahaha >_<" (j'espère qu'il est de bonne qualité au moins.... en tout cas meilleure que celle de l'image ci-dessus XD)



Ouf ! Je suis enfin arrivée à bout des deux premières saisons de Pretty Little Liars . Pourquoi "Ouf !" ? Parce que les saisons de cette série possèdent toutes plus de vingt épisodes d'environ quarante-cinq minutes , ce qui est vraiment long à regarder , surtout lorsque la série ne vous passionne pas . Mais alors , pourquoi ne pas s’être arrêté à la fin de la saison 1 voir même avant , me direz vous ? Et bien à cause de ma curiosité maladive qui m'a poussé à continuer afin de vérifier l'identité de la mystérieuse A , ainsi qu'à cause de ma fâcheuse habitude à vouloir aller au bout de tout ce que je trouve moyen ou mauvais parce que je n'aime pas critiquer quelque chose que je n'ai pas terminé et parce qu'on est jamais à l'abris d'une bonne surprise ^^ (alors que j'ai trop souvent tendance à arrêter ce que j'adore avant la fin par peur d’être déçue ou de me sentir vide après l'avoir fini aaah je déteste la logique tordue de mon cerveau ! >_<) . 
Vous l'aurez compris , Pretty Little Liars n'est pas l'une de mes séries préférées , pourtant cela avait plutôt bien démarré entre nous au tout début . 

Le premier épisode démarre in media res en montrant une soirée pyjama entre copines sur fond d'orage , de blagues effrayantes et d'incitation à confesser tous ses secrets à une leader gourou manipulatrice qui finit par disparaître soudainement durant la nuit . L'ambiance qui se crée est vraiment top et donne l'impression que la série va être passionnante et addictive , malheureusement tout s'écroule aussitôt le saut dans le temps effectué . On se retrouve alors téléporté un an après la disparition d'Alison pour suivre la vie superficielle que mènent ses amies . L'ambiance mystérieuse du thriller laisse place à l'ambiance superficielle des mauvaises séries pour ados et on se retrouve face aux histoires habituelles de triangle amoureux , d’adultères , de relations amoureuses prof-élève impossibles , de rivalités entres sœurs , de chamailleries entre filles , de flirts avec des garçons , de questionnement sur sa sexualité , de révolte contre ses parents ... etc. Heureusement , tout cela est entrecoupé de flash back nous montrant que l'amitié qui unissait les filles avec la disparue n'était clairement pas idéale , de messages menaçants envoyés par A (une personne qui connait tout les petits secrets de tout le monde en mode Gossip Girl mais en moins badass et plus dangereuse) et d'un cadavre qui est finalement découvert à la fin de cet épisode qui s'avère donc mitigé : décevant et globalement ennuyant mais tout de même assez intrigant (grâce à l'histoire de chantage de A , aux "secrets inavouables" encore non révélés et à l'évocation d'un meurtrier inconnu qui court dans la nature) pour attiser la curiosité et pousser à laisser une chance à la série . Ajoutez à ces raisons le fait qu'il y ait sept saisons à cette série ce qui me pousse à me questionner sur ce qu'ils vont pouvoir inventer pour poursuivre ou renouveler l'intrigue , le fait qu'il y ait une womance qui s'annonce dès le premier épisode , et le fait que j'adore la musique du générique , et voilà ! , vous avez la totalité des raisons qui m'ont poussé à regarder cette série jusqu'à ce que l'identité de A soit officiellement annoncée , c'est à dire jusqu'à la fin de la saison 2 . Est-ce que je regrette de mettre laissé avoir ? Oui , j'ai perdu énormément de temps que j'aurais pu investir dans quelque chose de moins décevant et brouillon . Est-ce que je regarderai les saisons suivantes ? Probablement , oui . La fin de la saison 2 n'est pas vraiment une fin donc c'est frustrant , ils y a des incohérences donc je me demande si ils vont résoudre ça plus tard , et puis j'ai du mal à trouver un fond sonore de remplacement maintenant (tout ce que j'ai mis dans ma liste Netflix est soit trop désagréable à regarder en VF , soit trop passionnant pour faire autre chose en même temps) du coup je risque bien de finir par laisser la saison 3 filer sur mon écran un jour ou l'autre lorsque j'en aurais marre d'entendre des pubs pendant que j'écris mes avis ^^" . 

Pretty Little Liars , à défaut d'être une série qui m'a passionné , est donc une série que j'ai pu regarder à la fois en VOSTFR lorsque j'en avais le temps et en VF lorsque je voulais bosser ou lire des trucs en anglais (comme Solo Leveling ^o^) en même temps ; ce qui est assez rare pour être noté puisqu'en général je regarde en VF ce qui passe à la télé mais en VO toutes les saisons de séries que je regarde en intégrales . Nous avons donc ici un point positif supplémentaire : pour une fois , je vais pouvoir vous parler de la qualité de la VF qui est relativement bonne ; on retrouve les voix françaises des séries pour ados habituelles ce qui est un peu troublant mais pas désagréable au point de devoir se faire violence pour écouter , et puis cela crée des situations parfois cocasses comme lorsqu'on voit la relation d'Aria (qui a la même VF que Serena de Gossip Girl) avec un homme qui devient par la suite son professeur (ce qui ressemble trait pour trait au début de la relation Serena-Collin dans la saison 4 de G.G.) ^^. Bref , assez parlé de la VF , passons à autre chose !

Si je n'ai pas pleinement apprécié cette série , c'est notamment parce qu’il y plusieurs petites choses qui m'ont perturbé (le fait que A sache les secrets passés comme présents de tout le monde , qu'elle les observent tout le temps , toujours pille au bon moment , et partout , même dans leur chambre la nuit... crédibilité ?) , frustré (des tonnes de quiproquos) , ennuyé (les chamailleries de couples des parents) et gêné (Hanna boudinée dans le passé mais avec un visage super maigre...) . De plus , j'ai parfois eu du mal à apprécier les personnages principaux qui sont quelque fois irritants , bien qu'heureusement ils restent le plus souvent "attachiants" . Ce ne sont franchement pas des enfants de chœur : on a affaire à des voleuses , à des anciennes pestes du genre à persécuter une pauvre intello , à des piqueuses de petits amis récidivistes ...etc. Et puis , ils changent tellement souvent de relations amoureuses que j'ai eu du mal à m'attacher complètement à des couples pourtant adorables parce que je savais qu'ils risquaient d’être brisés quelques épisodes plus tard . 
Cependant , il y a également plusieurs points que j'ai apprécié dans cette série . J'ai aimé mener l’enquête pour trouver l'identité de A et j'ai trouvé le traitement de certains sujets plutôt réussi . J'ai adoré certains personnages secondaires tels que Toby , Maya , Caleb , Lucas , "le petit ami médecin que Spencer chipe à sa sœur" et "le choupinou qui bosse au club de tennis" ; c'est principalement grâce à eux que j'ai enfin commencé à rentrer dans la série à partir du septième épisode . Pour finir , j'ai trouvé l'épisode spécial d'Halloween (dans la saison 2) d'une qualité bien supérieure au reste de la série . J'ai adoré le léger changement de générique pour l'occasion , j'ai trouvé ça intéressant de voir comment a débuté la guerre entre Jenna (et un petit groupe de rébellion qu'on voit se former) et Alison , et j'ai trouvé l'intrigue du harcèlement de A envers Alison bien plus passionnante que celle de son harcèlement contre le reste des filles ... Ah , et c'était choupinou de voir Lucas avec les cheveux tout fluffy , hehe ^_^ . 


Conclusion : Je suis contente d'en être venue à bout et je vais me faire un plaisir d'aller regarder autre chose maintenant ! La recherche de A créait de la tension dans la saison 1 et m'aidait à m'accrocher mais dans la saison 2 A a fini par m'agacer à force de toujours tout venir gâcher >_< . C'est dommage , si les premières saisons de la série avaient suivies l'intrigue de l’épisode d'Halloween , je suis sure que ça aurait été moins brouillon et plus intense . Un super potentiel mal exploité ! 


Annyeong  ~



Have fun , Emi-chan <3

mercredi 5 février 2020

[No day without Netflix] Sois toi même pour être aimé mais surtout pour pouvoir t'aimer ❀


Avis d'Emi-chan et Mayu :


Emi : Hey les choupinous ! Pas de blah-blah d'introduction cette fois mais , à la place , une question qui me trottine dans la tête : pourquoi est-ce que le titre du film Easy A est devenu Easy Girl en version française ? Le "A" a une importance capitale dans ce film donc c'est dommage de l'avoir supprimé . De plus , quand on change le nom d'un film c'est en général pour le traduire mais là "Easy Girl" ça reste un nom en anglais... Voilà , débat ouvert . Maintenant , passons à mon avis sur le film ^^ :

Pour être tout à fait honnête avec vous , je ne m'attendais pas à apprécier Easy Girl , ou tout du moins je ne m'attendais pas à l'apprécier autant . J'imaginais un film pas vraiment bon , peut être même un peu mauvais , mais facile et rapide à regarder parce qu'au scénario léger , ni intellectuel ni profond , et comique . De plus , j'avais un peu peur de me retrouver face à un Lolita Malgré Moi 2.0 avec des scènes embarrassantes , gênantes , frustrantes... (si je me souviens bien j'avais trouvé ce film sympa quand j'étais pré-ado mais les scènes où l’héroïne se tapait la honte m'avaient totalement mise mal à l'aise >_<) . J'ai donc été très agréablement surprise de découvrir une histoire simple mais divertissante et agréable à suivre , une narration de qualité (dans un style "journal intime" ou "confessions d'un accusé") , des dialogues savoureux (répliques sarcastiques , cyniques , tranchantes , hilarantes , etc.) et pas mal de références littéraires et cinématographiques bien placées . Easy Girl a donc été une aussi bonne surprise que The Babysitter pour moi , il partage d'ailleurs un autre point commun avec ce dernier : son casting est de qualité . Emma Stone est tout bonnement parfaite dans le role d'Olive , et il en va de même pour Patricia Clarkson et Stanley Tucci dans le rôle de ses parents . En fait , le seul point qui m'ait déconcerté dans ce film c'est le fait que tout un lycée soit choqué par le fait qu'une élève ait perdu sa virginité (alors que les profs laissent cette meme élève se balader en corset dans leur établissement...) . Je suis du genre romantique et "vieux jeux" , pour moi une relation amoureuse idéale se construit doucement et débute par une longue et sincere amitié mais je sais que la plupart des gens ne voient pas les choses comme ça à notre époque donc c'est plutôt surprenant de se retrouver face à un scénario pareil . Néanmoins , la phase d’étonnement passée , j'ai fini par me dire , qu'après tout , le film datant de 2010 et connaissant l'existence des bal de pureté et autres pratiques puritaines aux Etats-Unis , cela n'était peut être pas si surréaliste que cela . Et , de toute manière , même si ça l'était , ce coté "too much" collait bien avec l'ambiance un peu parodique du film donc je n'y ai vu aucun problème au final . 
Pour en revenir aux qualités d'Easy Girl , j'ai trouvé qu'il montrait bien les débordements causés par les rumeurs , les dangers des réseaux sociaux , la pression sociale particulièrement forte lors de l'adolescence et la différence entre les mensonges inoffensifs (ceux qui ne blessent personne ou ceux destinés à aider un ami en détresse) et les mensonges nocifs (adultère , mensonges qui blessent un tiers , etc.) . Mais ce qui m'a réellement fait aimer ce film , c'est son héroïne .

Olive est géniale ! Elle est magnifique , cultivée , drôle , toujours prête à aider les gens dans le besoin... au point où elle se met elle meme dans la galère et , comme elle n'est pas du genre à se laisser malmener , elle choisie de jouer à fond la carte de la provocation ce qui amplifie encore plus ses problèmes . Heureusement , elle n'est pas seulement jolie et gentille , elle est également super forte et elle a beaucoup de répondant . De plus , elle a la chance d'être extrêmement bien accompagnée ; je ne parle évidemment pas de ses amies féminines (la première est une garce qui la met dans la m*rde puis la rejette cruellement quand sa réputation tourne mal , et la seconde est la reine des persécutrices avec qui elle ne se lie d'amitié qu'une seule journée ; mais bon je préfère quand même la seconde puisque , quand elle décide d’être gentille , elle peut vraiment être adorable , à contrario , la première est une sale hypocrite et une traître >_< - et je ne vous parle même pas de sa "prof" qui n'est peut être pas son amie mais qui est une sacré garce elle aussi ! - bref, reprenons :) , non , quand je dit qu'elle est bien accompagnée , je parle évidemment de sa famille (son petit frère n'est pas du tout casse pied et ses parents sont géniaux , compréhensifs , ils ont du répondant , de l'humour et toute confiance en leurs enfants) et accessoirement de son coup de cœur (interprété par Penn Badgley - You) qui est un gars reconnaissant (il se souvient qu'elle l'a aidé dans le passé et n'écoute donc pas les vilaines rumeurs sur elle) , bien brave (il est prêt à l'aider à redorer sa reputation) et plutôt cool (la cascade du début en tant que mascotte était stylée) mais il reste un personnage très secondaire et passif (il ne lui vient pas en aide immédiatement , on voit qu'il craque sur elle depuis longtemps mais il ne lui a jamais avoué , il ne la réconforte pas directement quand elle se fait humilier au lycée...) . 
Alors oui , on pourrait dire que ce film rentre dans la catégorie [Semaines SP St Valentin] parce qu'il contient une petite romance mignonne qui commence à voir le jour à la fin du film mais personnellement je justifie surtout sa présence dans cette catégorie grace à cet argument : c'est un film positif qui prone le respect de soi et d'autrui . Olive a beau s'en prendre plein la tronche par tout le monde durant tout le film , au final c'est quand meme elle l’héroïne craquante et ce sont eux les idiots ridicules . De plus , Easy Girl nous montre , certes , en premier lieux une ado qui , parce qu'on la traite de "fille facile" ou plus vulgairement de "sal*pe" , décide d’agir comme si elle en était réellement une alors qu'en réalité elle n'a aucune experience amoureuse (et finit par se rendre compte que pour pouvoir s'aimer elle doit commencer par être elle même) , mais il nous montre aussi , grâce au personnage de la mère d'Olive , que l'on peut sortir ou coucher avec autant de personnes que l'on veut , que l'on peut faire ce que l'on veut de son propre corps , sans que cela nous empêche d’être une femme et une mère formidable . Je trouve cette courte scène où cette mère se confie sans honte sur son passé sulfureux absolument essentiel au film ! Sans elle , l'histoire d'Olive aurait pu basculer dans le "slut-shaming" ; Olive se fait humilier à cause des rumeurs sur elle mais le spectateur sait quelles sont fausses , il pourrait donc se dire que le message du film est "Elle ne mérite pas ça puisqu'elle n'a rien fait mais si les rumeurs étaient vraies alors elle mériterait cet acharnement contre elle" , hors , comme la mère est un personnage totalement positif , on comprend bien que le but du film n'est absolument pas de dénigrer les filles sexuellement très actives mais au contraire de dire "Hey ! On s'en fout , chacun fait ce qu'il veut , ok ?" . 

Conclusion : Divertissant , drôle , positif et léger ; Easy Girl est une excellente surprise qui m'aura permis de passer une super soirée ^o^ . 






Mayu : Olive est une lycéenne comme les autres, loin d'être populaire, elle n'a qu'une seule amie. Un jour pour échapper à une sortie camping avec les parents de cette amie, elle lui ment disant qu'elle a un date de prévu. Ce petit mensonge va se retourner contre elle, puisque après quelques mésaventures, la rumeur de la perte de sa virginité se répand et l'opinion du lycée à son sujet change drastiquement. 

Comme le résumé au-dessus le montre, le thème principal du film est la rumeur. Le scénario montre la dangerosité et les dégâts que peuvent engendrer la rumeur sur une personne et son entourage et comment cette dernière vit avec cette fausse réputation. Dans le cas de Easy Girl, la rumeur part d'un petit mensonge que Olive dit à son amie pour rendre sa vie un peu plus passionnante. Tout le lycée finit par être au courant et elle voit les garçons se retourner sur son passage et les filles la regarder avec dédain. La rumeur ne va pas s'arrêter là, puisque Olive dans un élan de gentillesse va aider les malheureux dans le besoin. Les garçons moins populaires vont finir par la payer (en bons ou en tickets repas >_<) pour pouvoir dire qu'ils l'ont peloté, embrassé ect ... et devenir ainsi plus populaires. Olive passe donc d'une victime à celle qui contrôle la situation, et elle en joue énormément. Alors qu'elle est toujours vierge (puisque toute les rumeurs sur sa sexualité débordante sont fausses), elle change sa garde robe pour des tenues beaucoup plus décolletées et aborde le A comme dans le livre "The Scarlet Letter" dans l'optique de coller à sa nouvelle réputation. J'ai trouvé cette partie très intéressante, la complexité du thème de la rumeur est vraiment bien explorée et cela permet d'aborder une réflexion sur la popularité, la confiance en soi, la réputation, l'amitié ... Bien que j'ai apprécié les thèmes abordés dans ce film, je trouve que le scénario a certaines failles. J'ai été perturbée par le fait que la rumeur prenne une proportion énorme, alors que pour moi ce n'était pas si grave. Ici, l'exagération est telle que l'on a l'impression que tous les autres élèves du lycée sont vierges !! Point qui est contredit par un personnage qui remercie Olive pour lui avoir créer une réputation de tombeur, car cela lui a permis de coucher avec plusieurs autres filles. La rapide propagation de la rumeur sur Olive n'est donc ni expliquée ni normale. Deuxième point que j'ai trouvé perturbant, le changement de personnalité d'Olive au cours du film. J'ai apprécié le fait qu'elle contrôle et profite des rumeurs qui se disent sur elle mais je trouve son changement de vêtements et la création d'une personnalité dragueuse et insolente, un peu trop puisqu'au final Olive reste une lycéenne comme les autres qui n'hésite pas à aider quand elle le peux, qui pense aux autres avant elle même et qui est fidèle en amitié. Du coup, le gouffre entre sa vrai personnalité et celle qui colle à la rumeur est trop grand et ça m'a dérangé. A part ces détails, j'ai apprécié le scénario qui a su me faire rire et garder mon attention jusqu’à la fin. 

Tout ça est bien mignon mais cet article est le premier de notre semaine SP spécial st-Valentin 2020 et je n'ai toujours pas parlé de romance >_< !! Et bien, je ne l'ai pas trouvé très présente ... On voit un certain prétendant (Todd) parler à l’héroïne de temps à autres durant le film mais ce n'est qu'à la fin que leur histoire se met en place, donc on ne les voit pas énormément ensemble. J'ai tout de même apprécié les passages romantiques qui sont mignons sans être trop clichés mais j'aurais apprécié plus de scènes entre les deux personnages pour rendre leur histoire plus crédible. 

En ce qui concerne les personnages, j'ai apprécié la personnalité d'Olive. Franche, loyal, gentille, délirante, intelligente sont des mots qui lui correspondent bien. De plus, l'actrice Emma Stone joue très bien le rôle. Todd (Penn Badgley) n'a pas énormément de scènes mais il soutient Olive jusqu'au bout et est le seul à ne pas la juger sur les rumeurs qui court sur elle. Rhiannon, la meilleure amie est le personnage que j'ai le plus détesté. Elle est pour moi le contre exemple d'une bonne amie. Elle ne connaît pas la personnalité d'Olive, elle lui cache des choses et la lâche au moment où cette dernière a le plus besoin d'un soutien. En bref, Rhiannon devient de plus en plus moche au fil du film pour finir par être une vraie "insérer mot vulgaire de votre choix". J'ai une pensé pour Madame Griffith qui finit juste derrière la meilleure amie dans mon classement des personnes que je n'ai pas apprécié, pour sa personnalité hystérique, son manque d'honnêteté et son chantage abusif. Pour le reste des personnages, on ne les voit pas assez pour que je me soit fait une idée précise de leur personnalité mais j'ai tout de même apprécié Brandon qui finit par accepter son homosexualité et la famille d'Olive qui la soutient et ne remet pas en question ses décisions.  

Pour conclure, Easy Girl est un film qui m'a amusé et distraite pendant 1h30 et c'est bien là le principal. J'ai lu énormément de critiques sur le scénario et je suis assez d'accord pour dire qu'il n'est pas parfait mais quand on oublie les incohérences, ce film n'est pas si mauvais. Il est divertissant, amusant, drôle par moments et, bien qu'il manque un peu de romance, je n'en attendais pas plus de Easy Girl donc je ne suis pas déçue. 




Avis d'Emi-chan et Mayu :


Emi : A tous les garçons que j'ai aimés est un film qui me faisait vraiment envie , et ce principalement pour deux raisons : 1) l'histoire me semblait simple , mignonne et amusante , 2) j'ai adoré Lana Condor dans Deadly Class donc j'étais contente de la voir au casting de ce film . Malheureusement , je dois bien avouer que , bien que l'histoire soit en effet super cute et que Lana Condor soit parfaite dans le rôle de l’héroïne , je n'ai pas ressenti ce "WOW !" que j'attendais . C'était sympa le temps d'une soirée mais ce n'était clairement pas mémorable ...

A tous les garçons que j'ai aimés est un film à l'ambiance naturelle et au style minimaliste , qui possède une certaines lenteur nonchalante et qui met en scène une romance qui avance doucement (en tout cas comparée à celles des autres films du même genre) . Et c'est justement ça que j'ai aimé dans ce film , son manque de strass , de paillettes et de scènes osées . C'était totalement mon style : mignonnet , "adorable tout plein" , fluffy... bref , romantique à souhait sans jamais basculer dans la niaiserie écœurante ^o^ . Mais seulement voilà , je n'ai ressentie de véritable alchimie entres les deux personnages principaux et je n'ai donc pas été aussi concernée que je l'aurais voulu par leur histoire . Ainsi , durant les quelques scènes romantiques , je n'ai pas senti mon cœur se serrer ou des papillons venir me chatouiller le ventre , excepté lors de la scène du Jacuzzi , non pas parce qu'elle était un tout petit peu plus "passionnelle" que les autres mais parce qu'elle était précédée d'un aveux absolument adorable de Peter (sur le fait qu'il avait préparé plein de grignotages pour passer le voyage en car avec sa "fausse petite copine") et que la mise en scène était très belle (les lumières tamisées , l'ambiance bleutée) . J'espérais que cette scène marque un tournant dans leur relation et soit suivie de tonnes d'autres moments super lovey-dovey mais ça n'a malheureusement pas été le cas . La fin de l'histoire était trop rapide à mon gout (annonce des problèmes qui te font penser "Aaarg , nous y voilà , je savais que ça allait arriver un jour où l'autre , grrr =_=" puis résolution de ces même problèmes , confession , bisous , et boom fin...) et assez frustrante (donc Peter n'ira jamais lui récupérer son p*tain de chouchou préféré ? C'est la garce qui va le garder en souvenir de sa défaite ?...) . 
Lorsque je suis touchée par la magie d'une oeuvre (comme ce fut le cas récemment pour Good Omens , Klaus , ou encore You par exemples) , je suis plus à même de passer outre ses possibles défauts mais , comme ici il m'a manqué ce petit je-ne-sais-quoi qui peut rendre un film spécial , j'ai eu du mal à ne pas relever certains points négatifs d'A tous les garçons que j'ai aimés , à commencer par ses personnages .

Je me suis facilement sentie proche de l'heroine puisque nous partageons la même vision de l'amour : c'est cool à lire ou à écrire mais à vivre ? trop dangereux ! trop de risques de souffrir , d’être blessée ou abandonnée ! >_< De plus , comme je l'ai déjà dit en début d'avis , je suis contente d'avoir revue Lana Condor à l'écran , même si le rôle de Lara Jean était nettement moins badass que celui de qu'elle interprétait dans la série Deadly Class (mais bon , difficile de faire plus badass qu'une super ninja assassin , pas vrai ? ^^") . Par contre , en ce qui concerne le héros , mon avis est plus mitigé . Le souci n'est pas au niveau du jeu d'acteur (Noah Centineo interprète très bien ce rôle relativement simple de "beau gosse le plus populaire du lycée qui possède des blessures passées et un petit cœur plus romantique qu'il n'y parait") mais plutôt au niveau de la psychologie du personnage . Peter est difficile à cerner , non pas parce qu'il est mystérieux mais parce que sa personnalité est assez mal écrite . Tout d'abord , des doutes sont permis concernant les motivations qui le poussent à passer un contrat avec Lara Jean : si il s’intéresse à elle depuis le départ et qu'il utilise cette idée pour se rapprocher d'elle subtilement alors je le trouve intelligent et adorable... oui mais cela ne colle pas vraiment puisqu'il continue sa relation ambiguë avec son ex (on ne sait pas de quoi ils parlent au téléphone mais lors de la discussion sur les marches on voit qu'il ne la rembarre pas clairement) , et si son plan initial est bien de rendre jalouse son ex comme il semblerait alors 1) je suis #teamJosh et 2) à partir de quel moment ses sentiments ont changés ?! parce que là ce n'est pas clair ! >_< Peter semble parfait sur le papier , il est à la fois super attentionné et taquin avec Lara Jean et il est également adorable avec sa petite sœur , mais Peter est également un énorme lâche qui se laisse bouffer par sa copine au point de ne pas assumer ses avis (il ne complimente les chaussure de LJ que lorsque son ex est loin de lui) , qui flirt avec LJ tout en laissant les portes ouvertes avec Gen et qui est incapable de récupérer le chouchou préféré de sa "fausse petite copine" alors qu'il a promis d'en prendre soin... D'ailleurs en parlant de ce chouchou : ça ne choque que moi que l’héroïne ne se rende pas compte que son chouchou fétiche ait disparu ? A la limite encore , l'amour l'aurait fait oublier pendant quelques jours , soit , mais là plusieurs mois s'écoulent , plusieurs mois durant lesquels on la voit s'attacher les cheveux avec un autre chouchou qui plus est ! (donc normalement en cherchant à se faire une queue de cheval , elle devrait se dire "Oh non ! J'avais complètement zappé que je l'avais confié à Peter , il faut que je lui redemande immédiatement , c'est mon chouchou préféré après tout !" enfin en moins théâtral évidemment XD) avant qu'il ne réapparaisse , comme de par hazard , au plus mauvais moment dans les cheveux de la personne la plus détestable... (sérieux ça m'a gâché une bonne partie du film cette histoire parce que je n’arrêtais pas d’angoisser à l’idée que ce chouchou réapparaisse et gâche tout >_<) . Enfin bref , arrêtons d'en parler , je sens que ça m’irrite à nouveau ^^" .
Pour ce qui est des personnages secondaires , j'ai apprécié Gabe , Chris et la petite sœur de LJ même si ils ne passaient pas assez à l'écran pour être réellement attachants , par contre j'ai eu beaucoup de mal avec la grande sœur (Janel Parrish - Pretty Little Liars) à par à la fin du film où elle est devenue plus cool . J'ai eu de la peine pour Josh qui est tellement gentil qu'il se laisse totalement friendzoner sans rien dire (j'ai trouvé ça tellement déplacé que LJ se confie à lui sur ses problèmes de cœur après l'avoir ignoré pendant autant de temps que j'ai cru qu'elle s'imaginait seulement parler avec lui... mais non , ce n'était pas une illusion , c'était bien Josh qui venait de se transformer en bonne poire ! O_o) . Et , pour finir en beauté , j'ai évidemment détesté Gen , bien qu'en réalité elle n'avait presque rien fait de vraiment intolérable avant le coup de la "vidéo jacuzzi" , et je n'ai pas du tout adhéré à la scène durant laquelle on apprend pourquoi elle n'est plus amie avec LJ ; déjà çà fait mesquin et gamin comme raison mais en plus ça donne l'impression que le film essaye de réhabiliter Gen à tout prix en nous forçant à avoir de la peine pour elle , ce qui , non content de ne pas fonctionner , entache en plus au passage l'image de l’héroïne qui était pourtant impeccable jusqu'ici . Résultat : on a toujours autant envie de détester Gen (ou de juste en avoir rien à f*utre d'elle parce que son personnage est un pur cliché sur pattes donc elle est terriblement oubliable) , on trouve LJ moins innocente et attachante qu'avant (ce qui est dommage parce qu'elle était super mignonne bien qu'un peu trop insensible avec Josh) et on se dit qu'encore une fois Peter est un sacré lâche qui n'ira jamais rechercher ce p*tain de chouchou ! >_< Désolée , cette histoire me met visiblement "un tout petit peu" sur les nerfs ^^" ...

Sinon , j'ai vu qu'un film sequel allait sortir (où est peut être déjà sorti le temps qu'on publie cet article ^^') et yup je vais le regarder parce que meme si j'ai été déçue ça ne change pas le fait que j'ai un petit cœur en guimauve rose bonbon donc , comme ça se termine sur une happy ending romantique (ce n'est pas un spoil , c'est une comédie romantique pas une romance dramatique , ça doit se terminer dans la joie et dans la niaiserie !) , j'ai évidemment été satisfaite de cette fin et j'ai forcément envie de savoir la suite de l'histoire , en espérant qu'il y aura pleiiiins de moments lovey-dovey dans le sequel et presque pas de disputes ou de moments tristes ... mais ça à l'air un tout petit peu mal parti vu le triangle amoureux qui s'annonce dans la bande annonce >_< , oh d'ailleurs , j'ai entendu la vf dans ce trailer et , hum , disons que je conseille vraiment de regarder ce film en vo...


Conclusion : C'était mignon mais pas mémorable ; j'ai adoré le rythme plus lent que dans la plupart des films romantiques sortis à la même époque mais j'ai été déçue par les problèmes d'écritures au niveau de l'histoire comme des personnages .





Mayu : Lara Jean est une jeune fille dont la vie est assez monotone, elle n'a pas beaucoup d'amis et ne sort presque pas. Elle occupe son temps à rêver et lire des romances alors, quand elle tombe amoureuse, elle écrit une lettre à l'élu de son cœur sans pour autant la poster. Un jour, ses 5 lettres arrivent mystérieusement dans les mains de leurs destinataires et c'est toute la vie de Lara Jean qui en est bouleversée. 

Le scénario de A tous les garçons que j'ai aimé est assez simple, les lettres d'amour que Lara Jean a écrit après avoir eu un coup de cœur se retrouvent envoyées et, parmi elles, la dernière destinée au copain de sa sœur, Josh. Notre héroïne étant quelqu'un de bien, elle ne veut pas que sa sœur l'apprenne et que cela brise leur relation. Elle décide donc de former un faux couple avec Peter (un autre destinataire d'une des lettres) pour que celui ci puisse rendre jaloux son ex et qu'elle puisse tenir à distance Josh. Au premier abord, on voit très facilement se dessiner un triangle amoureux (Lara Jean/Peter/Josh) et bien ce n'est absolument pas le cas puisque Josh est pratiquement inexistant. Il n'a pas énormément de scènes et apparaît comme un personnage indécis qui hésite entre les deux sœurs. Pour moi, c'est un personnage qui aurait du être d'avantage mis en avant puisqu'il était le facteur clé du scénario. Au lieu de ça, le personnage devient une plante verte qui est présent dans une scène toutes les 20 minutes pour rappeler qu'il existe =_=. 
Le triangle amoureux se compose en fait de Lara, Peter et de son ex, ce qui est plus cliché et moins intéressant. L'ex de Peter remplie très bien le rôle de la rivale amoureuse, tantôt dragueuse et vulgaire, tantôt garce et manipulatrice. C'est un personnage que je n'ai pas apprécié mais qui est nécessaire à l'intrigue. Peter est donc au centre du scénario puisqu'il est entre les deux filles. Il est populaire, sportif, apprécie les films d'action, il est donc tout le contraire de Lara Jean. Malgré cela, on voit très vite qu'il s'intéresse à elle (surtout après que celle si l'ait embrassé ... =_=), mais il est lui aussi indécis puisqu'il continue d'appeler son ex, de se laisser draguer et il lui laisse même le chouchou préféré de Lara Jean. Petite parenthèse, je pensais que le chouchou en question était vraiment important pour Lara Jean alors que finalement, elle ne remarque pas que Peter l'a perdu et ne va jamais le récupérer... Incohérence qui m'a profondément dérangé; mais où est ce chouchou è_é ?!! Je ferme cette parenthèse et reprend sur les personnages. Lara Jean est donc l’héroïne de l'histoire, comme j'ai pu le dire précédemment, elle est assez réservée, ne sort pas beaucoup, aime lire des romances et se faire des films dans sa tête. Je la trouve gentille, intelligente, timide, profondément loyale envers sa famille qu'elle aime plus que tout. J'ai particulièrement apprécié sa relation avec Peter, bien que tout les oppose, il arrive à trouver une certaine alchimie que j'ai aimé voir se développer. La fin est très clichée mais c'est un peu ce que l'on attend d'une comédie romantique alors je la trouve en adéquation avec le reste du film. 

En ce qui concerne le scénario, il se construit autour des personnages développés au-dessus et aborde des thèmes communs aux autres films de ce genre comme les soirées, la popularité, la réputation, les réseaux sociaux, la famille... Le film nous propose aussi tout une réflexion sur l'absence d'un des deux parents et sur les sentiments que peut provoquer ce manque chez les enfants. C'est aussi ce qui rapproche Lara Jean et Peter puisqu'ils sont tous les deux dans des familles monoparentales. L'un parce que le père est partie refaire sa vie autre part et l'autre parce la mère est morte. Ce thème apporte un peu d'individualité aux personnages qui sont tout de même très clichés et de profondeur dans leur relation. 

Pour conclure, ce film est loin d'être transcendant d'originalité, les personnages incarnent les clichés que l'on peut retrouver dans toutes les comédies romantiques (le populaire qui s'intéresse à la timide, la garce égoïste qui veut le plus beau mec du lycée, la timide qui se crée une vie plus intéressante dans sa tête ...), le scénario est simple et prévisible sans en ressortir ennuyeux. Personnellement, je ne qualifierai pas "A tous les garçons que j'ai aimé" de chef d'oeuvre mais j'ai apprécié le regarder.




Annyeong  ~



Have fun , Emi-chan et Mayu <3

mercredi 29 janvier 2020

Good Omens (La plus belle amitié , depuis le début de l'univers et jusqu'à la fin des temps !)


Avis d'Emi-chan et Mayu :


Emi : La bande annonce de Good Omens que j'ai vu ne devait probablement pas être en très bonne qualité vu que cela m'a donné l'impression que cette série était ancienne et que les effets spéciaux et costumes étaient plutôt ridicules . Heureusement , le fait que l'histoire ait l'air intrigante et amusante , que les épisodes soient peu nombreux (seulement six) et que David Tennant (Doctor WhoCriminal Royaume-Uni) fasse partie du casting m'ont convaincu de laisser une chance à cette mini série adaptée du roman du même nom de Terry Pratchett et Neil Gaiman . Et , avant même de rentrer dans les détails , je peux d'ores et déjà vous dire que j'ai vraiment bien fait car Good Omens s'est révélé être une magnifique série pleine de qualités et de bonnes idées , et non pas une "vieille série ridicule" (en fait elle date de 2019 , ce qui semble prouver que la bande annonce était en 360p quand je l'ai visionné >_<) .

Dès les premiers épisodes , j'ai été transporté dans l'univers fantastique mais néanmoins crédible de Good Omens . Rien ne m'a paru "faux" , "cheap" ou "si mauvais que ridicule" . Tout d'abord , j'ai apprécié la narration ; elle apporte un petit coté "conte de fées raconté" à l'histoire et se permet d'être sarcastique ou cynique par moments comme lorsqu'elle nous explique que la plupart des livres sur les sorcières racontent qu'elles travaillent nues parce qu'ils ont été écrit par des hommes . Les effets spéciaux sont également de qualité (bon sauf peut être dans les deux derniers épisodes lorsque Adam vole et lorsque les quatre motos se transforment en une voiture , mais c'était plus drôle que ridicule ^^") , de nombreux plans sont particulièrement esthétiques (la magnifique scène de "l’escalator double" où l'on voit Aziraphale monter en direction du ciel et Crowley (ou Rampa en VF) traverser le sol et "monter" rejoindre les Enfers) , les décors , costumes et paysages sont vraiment beaux et la BO est intelligemment utilisée (les différentes musiques permettent de créer des ambiances amusantes , stressantes , dramatiques , etc. , et l'utilisation de Bicycle Race de Queen dans l'une des scènes était très drôle ^o^) . Le générique de début est également très réussi , j'ai adoré ses personnages cartonnés , son coté "vieux dessin animé glauque" (qui m'a rappelé les scènes d'executions dans Danganronpa) , l'histoire qu'il racontait et sa musique qui venait parfaire le tout . 
C'est toutes ces qualités qui permettent de créer l'univers si spécial de Good Omens ; univers qui m'a , comme je l'ai dit plus haut , séduite presque immédiatement . Et les points positifs de cette série ne s’arrêtent pas là ; le casting est également très bon et l'humour est déjanté mais aussi et surtout intelligent , bien pensé et correctement intégré dans le scénario . Quant à l'histoire , elle est intéressante , divertissante et bien rythmée ; j'ai aimé cette certaine lenteur agréable qui donnait l'impression de se balader calmement dans ce bel univers fantastique mais qui n’empêchait en rien l'histoire de progresser rapidement , évitant ainsi tout risque d'ennuie chez le spectateur (il se passe des tonnes de choses , et ce dans chacun des épisodes) . J'ai adoré tous les petits détails insolites et les effets parodiques ; ici les démons sont en état de décomposition et les anges sont de grands idiots orgueilleux et certains de leur génie (le coup du "nous , êtres humains , aimons acheter notre pornographie en toute discretion" dans la bibliothèque d'Aziraphale XD) , des nonnes maléfiques sont formées dans un couvent dédié au mal , un chien démoniaque se transforme en adorable toutou , les sorcières ont des convictions et pratiques modernes (médecine , diététique , kinésithérapie , poudre à canon , écologie , etc.) , l'Antéchrist est un garçon de onze ans, choupinou mais super bossy , qui adore son chien mais l'appelle "Dog" pour des questions de praticité et qui parle de brûler des sorcières mais devient ami avec l'une d'entre elles , et les quatre cavaliers de l'apocalypse se baladent en moto , ont pour noms "Guerre" , "Pollution" (qui a remplacé "Epidémie") , "Famine" et "Mort" et sont présentés dans des scènes vraiment bien pensées (par exemple : Famine est la raison pour laquelle les portions sont si petites dans les restaurants étoilés et il va même jusqu'à créer son propre restaurant dans lequel il ne sert absolument aucune nourriture) . Alors évidemment tout n'est pas parfait dans Good Omens et le point le plus négatif concerne justement ces quatre cavaliers . 
La fin de cette histoire est relativement facile , le combat contre les cavaliers de l'apocalypse (et même celui contre Satan lui-même) est rapidement expédié et on peut donc rester un peu sur sa faim , ce dire "tout ça pour... ça ?" , ce qui est dommage puisque les épisodes précédents étaient complexes et passionnants . Néanmoins , et aussi surprenant que celui puisse paraître , cela ne m'a pas trop dérangé car finalement je me suis rendu compte que ce qui était le plus important et intéressant dans cette série c'était sa bromance . L'alchimie entre Aziraphale et Crowley (Rampa) est juste parfaite ! Séparément , ce sont des personnages intéressants , drôles et paradoxaux ; Crowley est un démon pas si vilain que ça (il est juste super bitchy et sassy ^^) , excepté lorsqu'il se montre sévère avec ses plantes vertes XD , et Aziraphale est un ange qui préfère les plaisirs humains (musique , alcool , nourriture , livres , danse , etc.) aux loisirs célestes . Mais c'est lorsqu'ils sont ensemble qu'ils brillent vraiment ! Ils forment un duo aussi parfait que surprenant , une bromance magnifique , un couple presque assumé (la fin du dernier épisode *o*) . De plus , leur amitié éternelle donne l'occasion de voir d'un nouvel œil des événements bibliques (la Genèse avec Adam , Eve et la tentation de la Pomme ; le Deluge avec Noé qui laisse s'échapper une licorne ; la violence des hommes lors de la crucifixion de Jésus) , des moments historiques (Guillotine et Révolution française ; Seconde Guerre Mondiale) et d'autres légendaires ou mythiques (Arthur et les Chevaliers de la Table Ronde) , et également de se livrer à une certaine remise en question de la religion chrétienne dans des scènes particulièrement irrévérencieuses . Ainsi , la cruauté de Dieu est pointé du doigt dans plusieurs scènes (telle que celle du Déluge où Crowley , un démon je le rappelle ! , est choqué de savoir qu'on veut sacrifier des enfants pour punir l'humanité) , les anges sont loin d'être angéliques (ils veulent l'Armageddon au moins autant que les démons afin de pouvoir se livrer à une guerre contre leurs anciens frères désormais déchus) et certains symboles religieux sont utilisés à des fins comiques (l'eau bénite mise dans un thermos à café par l'ange Aziraphale) . La série prend donc le risque d'outrer , voir de choquer ou d'irriter , les croyants les plus extrêmes mais , personnellement , j'ai trouvé que ce coté parodique était très réussi et je l'ai fort apprécié . Pour finir , j'ai adoré le fait que cette série est le soucis du détail et aille notamment chercher de véritables acteurs français pour jouer la scène de la Révolution (on reconnait bien l'accent frenchy quand ils parlent en anglais ^^") et des acteurs allemands (enfin je crois vu l'accent) pour la scène sur la Seconde Guerre Mondiale .

Conclusion : Good Omens ne m'aura fait ressentir que de bonnes émotions ; je n'ai jamais été outrée , irritée ou exaspérée par des personnages , des propos , des éléments du scénario , des incohérences ou des défauts . En fait , cette série fait un peu le même effet que lorsqu'on mange un gateau aussi léger qu'un nuage ou qu'on se permet une sieste bien méritée dans des draps qui sentent bon la lessive , en tout cas selon moi ^^ . Je n'ai peut être pas ri à grands éclats mais j'ai sourit quasiment tout le temps devant Good Omens (particulièrement grâce à la bromance d'Aziraphale et Crowley , hehe !) ^o^ . 




Mayu : Good Omens nous présente l'histoire d'Aziraphale, un ange ayant pris gout à la cuisine terrienne et de Rampa, un démon n'ayant que faire des ordres de ses supérieurs. Bien qu'ils soient dans des camps différents, ils se connaissent depuis des millénaires et s'aident de temps à autres. Ils vont donc encore une fois s'allier pour empêcher l'Armageddon (guerre entre le ciel et les enfers ayant pour fin, la destruction de la terre) qui doit être provoquer par l'Antéchrist, un garçon de 11 ans. Sauf qu'après quelques problèmes lors de sa naissance, l'enfant n'est pas dans la famille où il devrait être ! 

La série Good Omens a un scénario quelque peu spécial, reprenant des scènes religieuses (Adam et Eve, l'arche de Noé, la crucifixion de Jésus, Armageddon), mais aussi historique (le Moyen-Age, la guillotine, la seconde guerre mondiale), elle donne un regard nouveau via le duo Aziraphale/Rampa. J'ai apprécié cet aspect parodique qui caractérise les premiers épisodes de la saison, elles ne dénaturent en rien les côtés religieux et historiques mais permettent de se poser d'autres questions, de voir les choses différemment. 
Le tout début de la série est donc centré sur Aziraphale et Rampa qui sont deux personnages vraiment très différents mais dont la relation est proche de la romance. D'un côté, l'ange est quelqu'un de coincé, très à cheval sur ses principes, il se refuse la plupart du temps à faire le mal. De l'autre, le démon est quelqu'un de bitchy, alliant insolence et intelligence, il fait les choses de façon solitaire et n'est pas du tout sur la même longueur d'onde que les autres démons. Leur relation évolue tout au long de la série et j'ai étais surprise de voir l'attachement et la loyauté de Rampa à Aziraphale. Le fait qu'il veuille quitter la terre et s’installer sur une autre planète avec lui pour échapper à la guerre entre leur deux camps est vraiment adorable. L'ange est beaucoup plus hésitant et bien qu'il se laisse parfois tenter par le démon, il reste coincé dans les idéaux de sa faction. J'ai été un peu déçue qu'ils soient moins présent dans la deuxième partie de la série parce qu'ils sont pour moi trop importants pour être relayé au second plan.

Dans cette seconde partie, on s'intéresse à d'autres personnages dont Adam (l'Antéchrist) mais aussi Agnes (la sorcière), Shadwell (le chef des inquisiteurs) et Newton (un apprentie inquisiteur). Je suis plus mitigée sur ces nouveaux personnages et sur le scénario mis en place dans cette seconde partie. J'ai surtout été déçue par le combat Adam et ses amis contre les 4 cavaliers de l'apocalypse (Guerre, Famine, Pollution et Mort). Enfin, combat est un grand mot qui ne correspond pas tellement à ce passage de la série puisque pour tuer les cavaliers, les enfants n'ont pas vraiment eu besoin de ce battre. Un simple "la pollution, ce n'est pas bien !" ou un "j'aime manger sainement !" suffit à les terrasser =_= ... Je conçois tout à fait qu'un combat avec des armes et des effets spéciaux ne se mélangeait pas avec l'ambiance de la série mais pourquoi ne pas avoir fait une bataille d'arguments ce qui aurait donné un peu plus de prestance et de répondant aux cavaliers qui jusque là étaient présentés comme des personnages badass ?
Pour reprendre sur les personnages cités plus haut, j'ai apprécié la relation entre Agnes et Newton, je les trouve adorables ensemble mais je suis assez déçue qu'ils n'aient pas eu un plus grand rôle à jouer dans le scénario. J'ai détesté le personnage de Shadwell qui est totalement engrainé dans une vielle façon de penser et qui est loin d'être une lumière. Par contre, j'ai apprécié sa relation avec la voyante qui arrive à sortir le meilleur de ce personnage renfrogné et arrogant. Enfin, pour ce qui est d'Adam, je suis mitigée. La partie où il se bat avec son côté démoniaque est un peu fouillis et donc j'ai été troublée par les changements de personnalité qui ne sont pas forcément placés au bon moment. 
La série se termine sur une dernière apparition du couple Aziraphale/Rampa est nous montre que même les anges et les démons ont chacun une part de bien et de mal en eux. 

Pour conclure, Good Omens est une série que j'ai surtout apprécié pour son scénario décalé et ses deux personnages principaux aussi attachants que comiques. J'ai par contre été un peu déçue de la fin de la série qui ne finit pas ce qu'elle a introduit dans les premiers épisodes. 




Annyeong  ~



Have fun , Emi-chan et Mayu <3

mardi 21 janvier 2020

Carnival Row (Ce que nous appelons "magie" n'est autre que ce qui nous est encore inconnu)


Avis d'Emi-chan et Mayu :


Emi : C'est fou , en ce moment j'ai l'impression d'être à coté de la plaque , ou en tout cas à coté de l'avis général : j'ai adoré les deux premières saison de You , j'ai vu de nombreux avis négatifs dessus ; je n'ai pas tant accroché que ça à la première saison de Carnival Row , je n'ai lu presque que des avis extrêmement élogieux dessus . 
Cette série avait pourtant tout pour me plaire en théorie : une BO vraiment top (les chansons de la fae , mélodies aux intonations celtiques et fantastiques , étaient totalement mon style ! *o*) , un générique super esthétique qui donne l'impression de visiter un musée fantastique , des décors , des paysages et des costumes magnifiques (les ailes des fées *o*) , une ambiance super sombre et mystérieuse , plusieurs superbes plans de caméra , une mise en scène vraiment réussie , un monde fantastique reprenant des éléments historiques (guerres , ségrégation...) et abordant des sujets d'actualité (immigration , discrimination , etc.)... Et en effet , tout cela m'a grandement plu , mais pas autant que je l'aurais voulu . Quand je cite toutes les parties de Carnival Row que j'ai apprécié , j'ai envie de me dire "Ah oui ! On est sur de la qualité !" mais malheureusement , quand je repense à ce que j'ai ressenti en visionnant cette première saison (et surtout en la finissant) , ce qui me vient tout d'abord à l'esprit est un simple "mouai..." >_< .

Les bandes annonces et surtout le résumé Allociné de Carnival Row donnaient l'impression que la trame majeure de l'histoire se porterait sur la romance entre Vignette et Philo mais en réalité ce n'était pas vraiment le cas , et j'ai envie de dire que ce n'est pas plus mal finalement puisque , personnellement , j'ai été plus intéressée par le mystère autour des séries de meurtres commis par une créature ramenée à la vie que par cette relation passionnelle et extrêmement dramatique qui a malheureusement finit par me soûlé au bout d'un moment (le coup du "je te quitte pour ton bien parce que je t'aime" , puis du "tu m'as blessé donc je te rejette meme si je t'aime toujours et que je meurt d'envie d’être à nouveau avec toi" , et toutes les autres scènes bateau et plombantes dans le même genre >_<) bien que j'ai tout de même apprécié toute la partie se déroulant dans le passé (dans un "épisode flash-back") et montrant la rencontre entre Philo et Vignette , l'évolution de leur relation mais aussi et surtout la guerre qui les a rapproché puis séparé et brisé . 
D'autres couples se forment également au cours de cette saison , c'est le cas notamment du duo Imogen-Agreus . Si le couple formé par Vignette et Philo m'a d'abord intéressé avant de me fatigué , celui que forme Imogen et Agreus m'a ennuyé puis attendri . Leur histoire , mix de Roméo et Juliette et de la Belle et la Bête si Belle et Juliette avait été plus raciste , était d'une banalité sans fin mais j'ai tout de même fini par la trouver mignonne . De plus , j'ai été surprise par la beauté de la mise en scène de leur première scène d'amour : les jeux de lumières , la belle musique d'accompagnement , l'ambiance à la fois intime (l'obscurité ultra présente , la lumière tamisée...) et voyeuriste (particulièrement présente à la fin lorsque l'on observe la scène devenue plus sauvage à travers la lampe , créant ainsi un effet d'emprisonnement de ce premier contact charnel dans une boule de neige , dans une boule de lumière) . En général , les scènes osées me mettent plus mal à l'aise qu'autre chose mais celles de Carnival Row ont réussi à me séduire grâce à leur superbe esthétique ; j'ai particulièrement adoré le mouvement des ailes des fées durant ces passages *o* . 

Si le scénario avait été à la hauteur de cette sublime mise en scène , Carnival Row aurait pu être un petit chef d'oeuvre ; si ses personnages avaient été sympathiques et attachants , cette série aurait pu être un véritable coup de cœur pour moi... Oui mais voilà , c'est loin d'être le cas . Commençons par parler de l'histoire , et plus particulièrement de sa fin car ce qui commençais bien (avec une intrigue sombre et mystérieuse dans un monde aussi séduisant que repoussant) perd peu à peu en saveur (notamment à cause des embrouilles entre Vignette et Philo >_<) et se termine en eau de boudin . 
Avec Mayu , on avait réunit trois candidats potentiels au poste de "grand vilain" de la série : le premier était un personnage tellement "mou" , tellement fade , que si il s'était révélé plus machiavélique que prévu cela aurait été totalement ridicule (on peut feindre une bonne personnalité mais on ne peut pas faire aussi bien semblant d'être mou du genou ! ^^') , le second était tellement évident que la perspective qu'il soit réellement le commanditaire de tous ces meurtres paraissait ennuyeux à mourir (et puis il y avait un petit détail qui ne collait pas en plus) , quant au troisième , il avait la carrure pour être un bel enf*iré ou une belle garce mais cela paraissait assez improbable qu'il ait eu accès à autant d'informations secrètes sachant ses conditions de vie jusqu'ici . Au final , un cliffhanger en fin d'épisode donnait l'impression que le candidat numéro 1 était le méchant (ce qui aurait été aberrant car , comme je l'ai déjà dit , complètement ridicule) puis finalement toute la vérité est révélée et , oh mais quelle surprise , le candidat numéro 2 est la main contrôlant la créature et le candidat numéro 3 est l'esprit diabolique ayant manipulé tout le monde... Wow , les deux plus grands enf*irés ou les deux plus grandes garces de la séries (si on oublie le flic véreux sans cerveau) étaient donc les coupables ? Quel rebondissement... terriblement décevant ! >_< Alors évidemment une fin prévisible n'est pas obligatoirement une mauvaise fin mais le problème ici c'est que ce final est assez bancal . Premier point qui m'a perturbé : le candidat numéro 2 cherche l'identité du "fils au sang mêlé" , un sang mêlé vient justement d'être arrêté et il se trouve que la première fae assassinée était sa mère , pourtant Candidat 2 continue de tuer et de kidnapper des gens pour obtenir des informations sur lui , son réseau d'informations doit être suuuuuper pourri quand même pour qu'il ne soit pas au courant de l'arrestation , non ? En tout cas , il l'est beaucoup plus que celui de Candidat 3 qui , lui , a un réseau tellement puissant qu'il connait les secrets de tout le monde . Et c'est là qu'arrive le second point qui m'a laissé perplexe : la seule explication qu'on nous donne à propos du pourquoi et du comment Candidat 3 connait l'existence du "fils au sang mêlé" est , roulement de tambours , qu'il l'a apprit de son père qui l'a lui même apprit on ne sait comment puisque les principaux intéressés dans cette histoire l'ignoraient tous (le "fils au sang mêlé" ignorait l'identité de ses parents , son père n'était au courant de rien , sa mère n'était pas du genre à raconter son secret à n'importe qui et les deux seules personnes qu'elle avait mis dans la confidence avaient tout à perdre et rien à gagner à la dénoncer) . Candidat 3 est donc en possession d'informations extrêmement bien protégées , il est capable de manipuler tout son petit monde sans avoir à bouger de chez lui , il est assez intelligent pour créer un plan machiavélique... mais assez idiot pour laisser des armes à coté de son otage O_o . Autre facilité de scénario à m'avoir interloqué , et ce sera la dernière parce que sinon mon avis va ressembler à un roman >_< : le fait que "le fils qui s'est fait kidnapper" reconnaisse immédiatement son kidnappeur grâce à ses bruits de pas (ça m'a fait pensé à un mauvais film où le gars arriverait à deviner le modèle de la voiture qui va bientôt passer en collant son oreille au sol ^^") .
Heureusement , tout n'est pas à jeter dans cette fin de saison 1 . Comme je l'ai écrit plus haut , le couple Vignette-Philo a finit par me fatiguer mais cela ne m'a pas empêché pour autant d'apprécier son dénouement tragiquement romantique (que voulez vous , je suis une grande romantique , hehe ^^) , de la même manière que j'ai aimé le final du couple Imogen-Agreus . Dans un tout autre registre , j'ai également trouvé intéressant le changement d'ambiance dans les dernières scènes ; tout devient encore plus sombre et plus violent qu'avant , le niveau de racisme et de ségrégation augmente encore un peu plus dans la ville et une guerre s'annonce . Cette nouvelle direction scénaristique semble potentiellement prometteuse , en tout cas elle m'intrigue tout au tant que la question "A quoi va bien pouvoir servir la secte des fanatiques qui se flagellent ?" ^^" . Je regarderais donc très probablement la seconde saison de Carnival Row lorsqu'elle sortira , d'autant plus que Philo et Vignette semblent avoir enfin arrêté de s'embrouiller , que Agreus et Imogen sont devenus un couple mignon et plutôt badass et que les prochains "grands vilains" ne pourront pas être aussi décevants que ceux de cette première saison (en tout cas je l’espère) .

Quand j'y repense , je me dis que la seconde moitié de cette saison m'a fait , à peu de choses près , le même effet que celle de la première saison d'Umbrella Academy , mon engouement pour Klaus et Numéro 5 en moins . Car , oui , les personnages de Carnival Row sont l'un de ses plus gros problème , si ce n'est son plus gros problème . Je suis du genre à me prendre facilement d'affection pour les personnages en général (j'ai adoré Joe de You alors que c'est un p*tain de stalker-tueur creepy , ça prouve à quel point je suis facile à convaincre , nan ? ^^") mais là les personnages principaux m'ont à peu près tous irrités ou ennuyés à un moment ou à un autre et les personnages secondaires étaient relativement fadouilles ou trop peu présents pour être vraiment marquants ou attachants . 
Imogen est une petite riche en déclin qui ne connait rien du monde et se comporte de manière agaçante les trois quart du temps (heureusement , elle s’émancipe et s'améliore enfin dans les derniers épisodes !) , Agreus a un comportement étrange (il regarde avec dédain les gens superficiels mais veut rejoindre leur monde et s’intéresse directement à Imogen alors qu'au départ elle est aussi cruche et fermée d'esprit que les autres , alors oui ça pourrait être parce qu'il a eu un coup de foudre et que l'amour le rend aveugle mais cette hypothèse est finalement réfutée quand il s’énerve contre elle et qu'il doute d'elle ; aurait-il donc des motivations cachées ? si oui , elles ne sont pas expliquées dans cette saison et c'est assez frustrant >_<) , Vignette est indépendante et parfois badass mais elle est aussi terriblement têtue , colérique , épuisante... , Tourmaline est plutôt mignonne et amusante mais son acte de jalousie commis dans le passé est venu entacher l'image que j'avais d'elle (mais bon à la fin elle se rachète de son erreur passée en choisissant le bonheur de Vignette au sien en acceptant sa relation avec Philo donc ça va ^^) , les politiciens sont antipathiques et leurs enfants sont certes plus intéressant mais cela ne les rend pas attachants pour autant , la petite copine passagère de Philo est du genre à repousser son mec à cause de ses origines et à le balancer aux flics ripoux , les flics sont quasiment tous des idiots racistes , et pour finir Philo , qui est un peu le héros de l'histoire (et qui est surtout une sorte de Jon Snow , classe mais inexpressif , l'air pataud de Luther en supplément ^^") , est un brave gars la plupart du temps... sauf quand il décide de faire croire à Vignette qu'il est mort plutôt que de rompre avec elle correctement , quand il fait croire à son plan-cul qu'il est fou d'elle alors qu'il aime encore Vignette (plan-cul à qui il a l'idiotie de raconter son plus gros secret ; pourquoi ? O_o) , quand il ne propose pas son aide au "vieux monsieur" pour récupérer ses "petits comédiens" qui viennent d'être expulsés injustement , ou encore quand il doute de l'existence du "monstre ramené à la vie" (alors qu'il est sensé être ouvert d'esprit et qu'il croit ferme et dur qu'il est une fae depuis qu'il est petit sans en avoir de réelle preuve) et qu'il décide de créer une pauvre créature qui finit découpée en morceau et enfermée dans un bocal (il n'a absolument AUCUNE once de pitié pour cette créature dont il est quasiment le père ; sérieux ?! Enf*iré ! >_<) .


Conclusion : Un casting qui fait rêver , une mise en scène de toute beauté , un scénario décevant , des personnages peu attachants et facilement irritants ; mon avis sur Carnival Row est plutôt mitigé . Cette saison n'était malheureusement pas aussi mémorable que je l'aurais cru mais je laisserais tout de même sa chance à la saison deux . 




Mayu : Carnival Row nous plonge dans un monde où les créatures mythologiques et les êtres humains essayent tant bien que mal de cohabiter. Nous suivons Rycroft Philostrate, un inspecteur chargé de résoudre une affaire de meurtre et une fée du nom de Vignette Stonemoss qui, après avoir fui une zone de guerre, se retrouve dans la même ville du Burgue. 

Pour commencer, j'aimerais dire que le résumé que j'ai trouvé pour cette série la présente comme une romance dramatique. Rétablissons tout de suite une vérité, Carnival Row n'est absolument pas une série romantique. La trame principale tourne autour de l'inspecteur Rycroft et du mystère autour de la série de meurtres, la romance n'est donc que secondaire. Concernant cette partie du scénario, j'ai vraiment apprécié le déroulement de l'affaire. La découverte du "darkasher", le passé de l'inspecteur, les liens entre les meurtres, tout est très bien décomposé et très détaillé. J'ai juste été déçue par la fin de l'enquête que je trouve trop évidente, trop bâclée et qui laisse un sentiment d'inachevé au dernier épisode. Je suis plus mitigée en ce qui concerne les trames secondaires. La partie avec l'organisation des "Black Raven" et Vignette n'a pas été utilisée de la meilleure des façons et on reste un peu sur sa fin. Le culte des "pucks" est introduit assez tardivement et n'a pas réellement d'importance dans le scénario. Les parties romantiques sont un peu plus intéressantes et participent à créer de l'espoir dans cette ambiance malsaine et sombre que dépeint Carnival Row.

Autre point que j'ai trouvé intéressant dans cette série, le traitement du thème du racisme. Après la fin de la guerre, un grand nombre d'autres espèces se sont réfugiées dans la ville du Burgue et deux catégories se forment donc. Les êtres humains riches qui ont les pleins pouvoirs politiques et les créatures qui représentent les bas fond de la société. On retrouve énormément de ségrégation, de racisme et de discrimination. Le légiste ayant autre chose à faire que d’autopsier le corps d'une fée, les kobolts déportés sans que l'on aille vérifier leur identité, les riches étonnés de voir qu'un "puck" s'installe dans le même quartier, l'intolérance des deux camps face aux personnes de sang mêlé. Tout cela permet d'avoir une ambiance sombre mais très réaliste qui fait parfois froid dans le dos au vu des nombreux actes cruels et violents. De plus, il permet d'interroger les spectateurs sur ces thèmes qui restent ancrés dans notre société moderne. Comment ne pas être touché par les relations d'amitié/d'amour entre les espèces (humains, fées, centaures, "puck") alors que nous nous haïssons pour une couleur de peau, des croyances diverses ou des orientations sexuelles différentes. N'étant que paix et amour =3= , j'ai été touchée par le traitement de ce thème et c'est, sans aucun doute, le plus intéressant dans cette série. 

Les deux relations romantiques de la série découlent de toute cette interrogation et amène le côté interracial qui apporte un espoir dans cet ambiance morose. Le premier couple Rycroft/Vignette est un couple que je n'ai pas forcément apprécié. Je trouve qu'ils n'ont pas de raison valable pour se détester autant et être en conflit pendant les trois quarts de la saison. Par contre, j'ai apprécié le passé de nos deux protagonistes qui est beaucoup plus romantique et mignon. Le deuxième couple est celui d'Imogen et d'Agreus, c'est un couple qui est assez évident mais que j'ai grandement apprécié voir se construire. Imogen est le cliché de la jeune fille pourrie gâtée qui s'indigne quand Mr Agreus, "un puck" (homme avec des cornes et des sabots), s'installe dans son quartier. Je l'ai tout d'abord trouvé détestable puis au contact d'Agreus, elle devient plus humaine, plus appréciable. Lui, est un homme charismatique qui ne se laisse jamais ridiculiser et qui tourne en ridicule la plupart des aristocrates. C'est un personnage assez complexe et mystérieux que je n'arrive pas encore bien à cerner surtout en ce qui concerne ses objectifs et ses motivations. Ensemble, ils forment un couple très mignon, plus solide que je ne l'aurais cru aux premiers abords. 

Pour conclure, Carnival Row est une série à l'ambiance sombre qui traite de thèmes d'actualité dans un monde victorien et fantastique. J'ai apprécié cette série même si elle manque parfois de dynamisme et de justesse dans le scénario. J'ai trouvé les personnages intéressants mais trop peu développés pour certains et j'ai aimé l'enquête policière bien que le fin soit décevante. 


Annyeong  ~



Have fun , Emi-chan et Mayu <3